Troubles bipolaires

Le trouble bipolaire se caractérise par une alternance d’épisodes d’exaltation (ou manie) et de dépression, entrecoupée d’intervalles libres, c’est-à-dire d’un retour à un état d’équilibre.
Ce trouble touche 1 à 2% de la population générale. Il est à l’origine d’une souffrance importante pour le patient et son entourage et d’un handicap socioprofessionnel important. Le taux de mortalité est deux à trois fois plus élevé que celui de la population générale  chez les personnes non traitées. Ce taux élevé s’explique par les suicides, les conduites à risque (consommation de toxiques, comportements dangereux) et un pourcentage plus élevé de maladies physiques, en particulier cardiovasculaires. Il existe fréquemment des complications judiciaires (actes de rébellion, refus d’obtempérer, injures à l’encontre des représentants de la force publique, infraction au code de la route, escroqueries…).

Symptômes et entrée dans la maladie

Ce trouble se subdivise en différentes sous-catégories en fonction de la nature et de l’intensité des symptômes. Il est devenu classique de distinguer le trouble bipolaire de type I (BPI) de celui de type II (BPII). Le trouble BPI se caractérise par un ou plusieurs épisodes maniaques ou mixtes (intrication d’excitation et de dépression) et des épisodes dépressifs d’intensité variable (le diagnostic peut être posé même en l’absence de trouble dépressif). Le trouble BPII se définit par l’existence d’un ou plusieurs épisodes hypomaniaques (exaltation modérée de l’humeur) et un ou plusieurs épisodes dépressifs caractérisés.

A la frontière du trouble bipolaire se situe le trouble cyclothymique qui se caractérise par une humeur fluctuante, avec des périodes hypomaniaques et des périodes dépressives. Il peut être tout aussi invalidant en raison de sa chronicité et de l’absence de prise en charge (le trouble restant le plus souvent méconnu).

A la clinique du Dauphiné la prise en charge d’un trouble bipolaire se déroule en plusieurs étapes, avec la participation active du patient et de son entourage.

Diagnostic

La première étape correspond à plusieurs démarches effectuées simultanément :

  •  identification du trouble ;
  •  évaluation de ses conséquences ;
  •  recherche des facteurs déclenchants et précipitants ;
  •  analyse de la personnalité sous-jacente ;
  •  pratique d’un bilan somatique.

Cette étape va permettre ainsi d’établir un projet thérapeutique, en collaboration avec le patient, qui prendra en compte les différents déterminants de la maladie (biologiques, psychologiques et environnementaux).

Etat de stress post-traumatique Anxiété